Rejoins-moi sur Instagram

Mode écoresponsable : 3 raisons d’opter pour des vêtements écologiques !


Depuis quelque temps, vous voyez affluer partout des nouvelles marques de mode écoresponsable, des friperies et des nouveaux textiles fabriqués à base de plantes ou de matériaux recyclés. Vous avez envie de changer votre consommation et d’acheter plus responsable. Et comme vous avez vu que le textile était la deuxième industrie la plus polluante au monde, vous vous interrogez sur ce que vous pouvez faire à votre échelle pour réduire l’impact environnemental de vos achats. Avec les fêtes de fin d’année qui arrivent et le black friday, absolument TOUT est fait pour vous faire acheter tout et n’importe quoi. Vous le savez et vous voulez résister.


Vous avez envie de sauter le pas et de vous lancer dans une démarche de slow fashion (mode lente) mais vous manquez encore d’un peu de motivation pour réellement vous lancer ? Restez ici. Je vous donne 3 raisons d’opter pour des vêtements écologiques, durables et éthiques. Une fois que vous connaîtrez ces arguments, vous n’aurez plus qu’une envie : vous y mettre aussi !


Se lancer dans la mode écolo pour sa santé


Saviez-vous que les vêtements que vous portiez pouvaient avoir une incidence sur votre santé ? Allergies, irritations, sensibilisations… Les vêtements “classiques” que l’on appelle “ de la fast-fashion” sont bourrés de produits toxiques ! Et pour preuve, en 2018, l’Anses a réalisé une étude mettant en évidence des cas d’allergies et d’irritations cutanées en lien avec des vêtements ou des chaussures. Il a été révélé que les effets sensibilisants ou irritants étaient liés directement à la présence de substances chimiques dans les textiles. C’est le cas par exemple du dichlorométhane, utilisé pour les jeans.


Mais plus loin encore que de simples allergies, certains produits utilisés dans les sous-vêtements, le linge de lit, les vêtements floqués et même le cuir, sont reconnus comme des perturbateurs endocriniens responsables de certains cancers. Les articles analysés ont été surtout ceux étant en contact prolongé avec la peau ou utilisés lors de fortes transpirations (vêtements de sport). Mais voici une liste de ce que vous pouvez retrouver dans vos vêtements :


  • Les nonylphénols (NPE) : On en retrouve surtout dans les sous-vêtements. Ce sont des perturbateurs endocriniens qui agissent directement sur le système reproducteur.

  • Le diméthylfumarate : c’est un antifongique. Il se trouve surtout dans les chaussures et les boîtes à chaussures, les textiles d’ameublement et les sachets anti-moisissures. On le trouve surtout dans les textiles fabriqués hors Europe, car ce produit, qui est fortement cancérigène, est interdit par la Commission Européenne.

  • Les nanoparticules : L’argent, la silice, le zinc et le titane : On en retrouve à foison dans les vêtements de sports ou les textiles antibactériens. Ils sont utilisés dans les produits anti-odeurs, antistatiques ou imperméables. Ces nanoparticules ont la fâcheuse tendance à migrer dans la peau et à s’infiltrer dans votre système sanguin et lymphatique. Ils se déposent ensuite sur vos organes et peuvent même atteindre le fœtus.


La liste des produits appelés “CMR” (pour Cancérogène Mutagène ou toxique pour la Reproduction) présents dans les vêtements des grandes marques classiques est très longue. Les autorités sont prévenues, les fabricants aussi, mais le processus pour que le monde entier arrête d’utiliser des produits nocifs pour le consommateur dans les textiles sera très long et n’existera peut-être même jamais (après tout, les gens continuent d’acheter des tonnes de vêtements chaque année, alors pourquoi changer ?).


Mesdames et messieurs, c’était l’argument numéro 1 en faveur d’une consommation de la mode écoresponsable ! Passons à la raison numéro 2.





Une mode plus écologique pour un environnement plus sain

Vous vous en doutez sûrement, si la fabrication de vêtements est dangereuse pour notre santé, alors le textile coûte aussi très cher à l’environnement. En plus, le gaspillage vestimentaire prouve qu’on produit beaucoup trop de vêtements ! Chaque année, entre 10 000 et 20 000 tonnes de produits textiles sont gaspillés, rien qu’en France ! Cela représente le poids d'une à deux Tours Eiffel, selon le ministère de la Transition écologique et solidaire. C’est tout simplement énorme. Heureusement, aujourd’hui avec la loi anti-gaspillage, les textiles invendus ne peuvent plus être tout simplement détruits. Ils peuvent être donnés, recyclés ou réemployés, et c’est grâce à cela que vous voyez de plus en plus tout un tas de nouvelles marques de mode “upcyclée”.


En plus de cette surproduction de textile, la mode c’est :

  • 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre dégagés chaque année. C’est plus que les vols internationaux et le trafic maritime réunis !

  • 11 000 litres d’eau, soit 285 douches pour fabriquer UN seul jean.

  • 2 700 litres d’eau, soit 70 douches, pour fabriquer UN seul tee-shirt.

  • Des milliers d’hectares de champs de coton ultra-pollués ! La culture du coton représente à elle-seule 25 % des insecticides et 10 % des herbicides utilisés dans le monde selon l’OMS ! Pourtant, elle ne représente que 2,5 % des surfaces cultivées mondiales. Le coton est un véritable désastre pour l’environnement.

Bref, vous avez compris, la mode, c’est vraiment pas cool pour la survie de notre environnement.


Passer à une mode écoresponsable pour économiser de l’argent

Vous êtes conscients de tous les soucis qu’entrainent la fast-fashion autour de vous, mais vous ne vous y retrouvez pas niveau budget ? C’est vrai, la mode écoresponsable ça a un coût. Et pourtant, quand on y regarde de près, quand on passe vraiment à un dressing écoresponsable, on fait des économies ! Comment c’est possible ? Je vous explique rapidement. En fait, ça se passe sur plusieurs étapes et sur deux cas différents :


Le cas d’un achat neuf en magasin

  1. Acheter durable et écologique, ça veut dire acheter moins. Au lieu de 2 tee-shirts à 19,99 € chacun, vous achetez un tee-shirt à 40 €. Non, je vous assure, vous n’avez pas besoin de 4 tee-shirts de la même couleur.

  2. Acheter durable, ça veut dire acheter mieux. Donc ce tee-shirt bio, il ne va pas se trouer à la machine dès le premier lavage comme c’est souvent le cas avec les marques de fast-fashion. Même que vous allez pouvoir le porter des années sans soucis, il ne bougera pas.

  3. Et puis, ce tee-shirt à 40 €, vous allez y faire attention, parce qu’il vous a coûté un bras. Donc exit les machines à 60° C, le blanc avec les couleurs et l’assouplissant bas de gamme qui abîme aussi bien le linge que la machine. Vous allez forcément y faire plus attention, parce qu’acheter responsable, c'est aussi être respectueux de ce que l’on consomme.

  4. Enfin, ce tee-shirt à 40 €, quand il ne vous plaira plus, vous allez le vendre ou l’upcylcer. Parce que la mode écoresponsable, c'est une mode qui évite à tout prix de jeter si on peut encore utiliser. Et puis, vous y avez pris soin de votre tee-shirt. Donc il vaut encore cher. Mettons, environ la moitié de son prix ? Allez, vous le vendez 20 € ! Et puis sinon, vous l’upcyclez (avec une broderie, un patch ou une coloration maison aux épices !) et hop! , vous avez un nouveau tee-shirt et une après-midi activités manuelles gratuitement !

  5. Finalement, votre tee-shirt vous aura coûté 20 €, soit le même prix que ceux de la fast fashion, mais il vous aura duré plus longtemps et en meilleure forme, donc vous n’aurez pas envie d’acheter d’autres tee-shirts comme celui-ci dans l’année.


Le cas d’un achat en fripes :

Ah, vous ne l’avez pas vu venir celle-là ?! Eh bien oui ! Passer à une mode écologique, c’est savoir réutiliser ce qui est déjà créé. Et là, rien de tel que d’acheter d’occasion. Et que ce soit en friperies ou sur Vinted, vous allez forcément économiser puisque les articles sont, de bases, moins chers. Et puis, économie circulaire oblige, vous allez revendre ces jolis vêtements une fois qu’ils ne vous iront plus, non ?


Alors, vous voyez que finalement, la mode écolo, ce n'est pas si cher ?


Pour aller plus loin : Découvrez mon article sur mon ancienne addiction à Sézane, et comment j'ai réussi à m'en sortir !



0 commentaire

Vous aimerez aussi lire ces articles

Qui suis-je ?

Julie Writeforit
Julie
Writeforit
  • Noir Icône Instagram
  • Facebook

Créatrice de contenu digital

À travers mes contenus, j'aide les petites entreprises et les jeunes créateurs engagés dans une démarche écoresponsable à se faire connaître sur le web.